AMP > Accueil > Démarches et outils > L’abécédaire des notions paysagères - (...) > Motivation paysagère Médiation du (...)
Année : 2020

Motivation paysagère Médiation du paysage...

Motivation paysagère
Médiation du paysage dans les comportements

« Motivation » table ici sur le triple sens de motif*, notion qui est d’ordre à la fois temporel (tel « motif d’une mélodie ») et spatial (tel « motif d’un papier peint »), tout en gardant son sens principal de « raison d’agir ». En tant qu’empreinte-matrice*, le paysage a ces trois sens : non seulement il manifeste l’action humaine, mais encore il l’engage à se manifester dans un certain sens. Par là, ses géogrammes* sont des régulateurs de la vie sociale. Dans les sociétés traditionnelles, cette régulation va de soi, car il s’agit d’une prégnante cosmogonie* ; mais il n’en va plus de même dans le sociétés modernes, et le paysage porte justement les stigmates de cette progressive déconnexion, qui n’est autre qu’une décosmisation. Pourtant, le paysage reste la médiation par laquelle le social se réfère à la nature : c’est en tant que paysage que celle-ci, dans les sociétés modernes, apparaît le plus généralement. Or la nature est l’un de ces amers que les sociétés se donnent justement pour orienter le jeu politique de leurs en-tant-que*. Dans la nôtre, ce référent est même en passe d’occuper le premier rang, qu’il dispute au marché. Par rapport à celui-ci, la nature possède en effet l’avantage d’une évidente cosmicité, donc d’un sens en principe appropriable par tous. L’expérience montre par exemple que l’un des moyens les plus efficaces de reboussoler de jeunes asociaux est de les éduquer à l’environnement ; et que le paysage est justement un médiateur privilégié de cette recosmisation. La raison profonde de cette capacité de médiation est que chacun ressent, dans son corps même, qu’il participe de la nature. Aussi, bien qu’il ne puisse être institué ainsi qu’historiquement et politiquement, le paysage est-il un des tiers symbolisants que notre société peut se donner pour se réinvestir de sens. Encore faut-il ne le réduire ni à une simple projection subjective, ni à un simple objet là-dehors !

Bibl. : Berque 1990, 1993, 1996, 2000.