AMP > Accueil > Historique > Archives > Actualités anciennes > Avis de soutenance de thèse > Soutenance de thèse par Imène Ouali-Bourah
Année : 2022

Mots clés :

Résumé de thèse

Soutenance de thèse par Imène Ouali-Bourahla

Thèse de doctorat : Enjeux et impacts de Fresh Kills Parkland (New York) de Field Operations-James Corner sur l’évolution de la démarche et la théorie du projet de paysage dans le cadre de la requalification des décharges urbaines

Date
16 décembre 2022 à 9h00
Département Recherche de l’ENSAPLV
21-23 rue des Ardennes
75019 Paris

Lien de connexion
https://paris-lavillette-archi.webex.com/paris-lavillette-archi-fr/j.php?MTID=m0e5b3d82a8682245d02c6a37c75f020d

Sous la direction de :
Yann NUSSAUME, Professeur, École Nationale Supérieure d’Architecture Paris La Villette

Composition du jury :
Pierre DONADIEU, Professeur émérite, École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles - Examinateur
Xavier GUILLOT, Professeur, École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux - Rapporteur
Youcef KEHILA, Professeur, École Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger - Examinateur
Rita OCCHIUTO, Professeure, Université de Liège - Rapporteur
Antoine PICON, Professeur, Graduate School of Design, Harvard University/ École des Ponts ParisTech - Examinateur
Chiara SANTINI, Professeure, École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles - Examinateur

Résumé
Mots clés : Corner James, décharge urbaine, Field Operations, Fresh Kills, Landscape Urbanism, projet de paysage.

Cette thèse a pour objectif d’explorer l’évolution des paradigmes des projets de paysage menés lors de la requalification des décharges urbaines à travers l’étude d’un projet considéré, par plusieurs auteurs, comme exemplaire à savoir Fresh Kills Parkland : lauréat du concours international Landfill to Landscape. Ce projet se distingue par l’intégration des orientations théoriques de l’agence de paysage et de design urbain Field Operations et son fondateur le paysagiste James Corner.
La requalification des décharges n’est pas une pratique nouvelle. Elle émerge avec l’avènement de l’hygiénisme au XIXe siècle. Néanmoins, dans une logique d’(a)ménagement soutenable des territoires, le regard sur la décharge et son ingénierie se renouvelle, la conscience écologique s’accroît et les réflexions multiscalaires foisonnent.
Notre problématique interroge l’importance de ces transformations des démarches et des théories suite à la montée des préoccupations environnementales.
En ce sens, la première hypothèse de cette thèse pose l’impact de Fresh Kills Parkland sur l’évolution de la démarche du projet de paysage. Pour observer, l’existence potentielle de changements, cette opération est mise en parallèle avec les autres propositions finalistes du concours et avec d’autres projets contemporains, et ce au prisme de différentes dimensions qui caractérisent la démarche du projet de paysage. L’analyse montre une évolution liée à la manière de les aborder de manière transversale. La seconde hypothèse de cette thèse questionne le rôle de ce projet comme constitutif d’un laboratoire d’idées théoriques du développement du Landscape Urbanism : un courant qui émerge à la fin des années 90 sous l’impulsion de trois principales figures : Charles Waldheim, Mohsen Mostafavi et James Corner. À partir d’une analyse interprétative du discours de Field Operations et des principales publications sur le Landscape Urbanism, nous montrons l’impact du projet de Fresh Kills dans l’évolution du modèle opérationnel de ce courant.