AMP > Accueil > Terrains > Mayotte, LIKOLI ƊAGO, antenne universitai
Année : 2020

Mayotte, LIKOLI ƊAGO, antenne universitaire de l’ENSAPLV

LIKOLI ƊAGO

« l’école de la ville, du village, de la maison »

Projet porté par l’Association Likoli Dago et l’ENSA Paris La Villette
Coordination du projet Julien Beller
En lien avec l’architecte-enseignant Carlo Aslan et l’agence Harappa

Une école à Mayotte, une antenne universitaire, un lieu de cours et de formation, un lieu de découverte et d’apprentissage de l’architecture, du paysage, de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, un territoire d’expérimentation, un laboratoire, une école pour tous, un rassemblement de spécialistes, un observatoire, des workshops et séminaires, des étudiants en immersion, une pédagogie adaptée, la transmission de principes, une permanence architecturale, la formalisation d’une pensée, un lien entre les institutions, les professionnels, les élus et les habitants... pour apprendre ensemble à construire autrement la ville.

Contexte
Nous portons un projet pédagogique transversal pour permettre l’émergence de
méthodes innovantes d’aménagement du territoire à Mayotte, Qu’il s’agisse d’enrichir la réflexion globale sur le développement de l’île ou de mettre en place des pratiques opérationnelles adaptées à l’habitat d’urgence, une série d’objectifs particulièrement sensibles doivent appeler des réponses adaptées.
Du fait notamment de la forte immigration, le nombre de bidonvilles a augmenté de manière dramatique au détriment de formes de planification urbaine ; une situation de crise s’est développée concernant l’accès au logement, au transport ou aux services publics. La situation actuelle de l’île est à un moment crucial de son histoire, il s’agit de relever ces défis aussi bien que ceux d’un développement économique et touristique. Outre un développement du territoire mahorais au service de l’humain, ce début de 21e siècle doit aller de pair avec la valorisation de son environnement naturel extraordinaire.
Les politiques publiques de l’habitat et la construction durable connaissent aujourd’hui un renouveau à Mayotte :
- Lancement de nombreuses opérations ayant trait à la lutte contre l’habitat indigne (opérations de résorption de l’habitat indigne, d’amélioration programmée de l’habitat, expérimentations auto-construction encadrée, mise en œuvre du plan national Logement d’abord, etc.) ;

- Certification de la Brique de Terre Comprimée (BTC) par le CSTB, qui permet la construction d’équipements publiques en brique (futur Lycée des Métiers du Bâtiment de Longoni) ;
- Dynamiques nouvelles autour de l’architecture à Mayotte (« la preuve par 7 » à Chiconi, création de l’association Likoli Dago, permanence architecturale à Longoni, etc.).
Dans le même temps, on constate des lacunes en matière de formation :
- Les collectivités et les bureaux d’études ont de grosses difficultés à recruter des
personnes en mesure de faire l’interface entre les habitants, les entreprises et les
pouvoirs publics dans les opérations liées à l’habitat indigne ;
- De nombreuses entreprises ne savent plus utiliser la BTC, ce qui interroge pour la
relance d’une filière de matériaux locaux et biosourcés ;
- Les entreprises du BTP indiquent avoir des difficultés à recruter des personnes en
mesure d’assurer un encadrement intermédiaire :
- De nombreuses petites entreprises du BTP ont des difficultés importantes à répondre
à des appels d’offre des collectivités.
De manière plus générale, les problématiques rencontrées à Mayotte sont d’actualité, y compris dans nos métropoles. Nous sommes dans une situation d’urgence liée aux grandes vagues d’immigration qui investissent tous les pays et créent des déséquilibres sociaux très graves en prenant de court toutes les politiques classiques d’urbanisme et d’aménagement du territoire. « Mayotte demain » est un véritable laboratoire de réflexion pour les nouvelles politiques urbaines adaptées au monde contemporain.
De la plus petite échelle telle que le mobilier urbain à la plus grande échelle telle que la mise en place de stratégies territoriales de développement, nous souhaitons développer de nouvelles compétences et outils opérationnels.

Mayotte Demain en 2020 se développera à travers des travaux de recherche/action menés par les étudiants de M2 de l’ENSAPLV, l’organisation d’expositions, de colloques et de rencontres aussi bien que de formations à des nouveaux métiers plus adaptés.
Mayotte Demain, ne sera ni celui d’hier ni même celui d’aujourd’hui. L’ensemble des organisations actuelles de Mayotte ne sont pas en mesure de répondre à l’urgence sociale et à plus forte raison aux ambitions des trente prochaines années. La forte progression démographique, la jeunesse des populations, les migrations anciennes et nouvelles, la précarité et l’insalubrité, ont poussé Mayotte dans une situation d’urgence. La mutation qui en découle doit nous offrir la possibilité d’être exemplaire et vertueux. Le projet mahorais sera ambitieux novateur et écologique. Il faudra que sa nouvelle vêture soit celle de l’innovation, de la performance, de la compétence, de l’ouverture au monde, de l’hospitalité, de l’équité.

Cette année 2019/2020 , le projet Mayotte Demain a été proposé comme base de travail aux étudiants du groupe de projet « Démarches Plastiques et Projet Urbain » (PFE, Master 2) - groupe de projet où sont discutées les questions de l’urgence, à la fois liées à la crise de la notion d’activité dans nos villes et aux grands changements sociétaux auxquels nous sommes tous confrontés.

Les sujets pointés par les partenaires sur lesquels les étudiants ont travaillé cette année 2019/2020 sont :
- Habiter à Mayotte, l’habitat à coût maitrisé pour une sortie des populations fragilisées du bidonville
- Travailler à Mayotte, un immeuble de bureau adapté au 21e siècle
- Etudier à Mayotte, une école d’architecture et un campus universitaire