AMP > Actions > Colloques > Le jardin comme labyrinthe. Hommage (...)
Année : 2017

201709 programme du colloque abraham moles version (...)

Le jardin comme labyrinthe. Hommage à Abraham Moles.

Intervention, Colloque Abraham Moles et l’École de Strasbourg, 28, 29 et 30 Septembre 2017.

Versailles, comme tous les autres jardins, est « une œuvre d’art spatiale perçue par un parcours et construite matériellement avec des éléments de la nature : des arbres, de l’herbe, des pierres, de la terre, des plantes – grandes ou petites – percus, eux, soit dans leur ensemble, soit dans leur unicité. » Le réseau des parterres, des bosquets et des allées forme un « labyrinthe » qui contraint la mobilité « d’une façon suffisamment complexe pour échapper à l’entendement immédiat du sujet de cette mobilité ». Cependant, le jardin propose des indices (qui peuvent être remarquées ou non, comprise ou non) qui permettent au visiteur-promeneur, au cours de son déplacement, de développer sa « dominance cognitive » de l’espace du jardin dans son ensemble. Il faut pour cela l’inviter à explorer l’espace, encore et toujours, en lui offrant des « motivations au comportement de l’être qui y circule », en cachant et en révélant, en ménageant des surprises attendues et inattendues, en proposant des choix de parcours, qui éveillent sa curiosité et l’invitent à continuer sa promenade.
A travers quelques exemples, je chercherai à montrer que le jardin de Versailles offre aux visiteurs la possibilité « d’une promenade esthétique à travers des espaces peuplés de microévénements sensoriels » et est donc un exemple particulièrement riche de « l’Art des labyrinthes comme art sensori-moteur ». (Les citations proviennent de : A. Moles et E. Rohmer, Labyrinthes du vécu, Paris, Klincksieck, 1982.)

Voir en ligne : "Le jardin comme labyrinthe". Captation de l’intervention