AMP > Publications > « De la pensée à l’état sauvage », (...)
Année : 2000
Auteur :
Nys, Philippe

De la pensée à l’état sauvage

« De la pensée à l’état sauvage », Philippe Nys

NYS Philippe, « De la pensée à l’état sauvage », Musée d’art contemporain de Montréal, 2000, pp. nc.

Je me limiterai ici à l’examen de l’une des questions posées et résolues par l’art des jardins, celle de la construction des rapports entre l’ordre incommensurable de la « nature » (en grec phusis) et l’ordre commensurable de l’art (en grec technè). Si l’ordre de la « physis/nature » est incommensurable, comment un tel art et un tel lieu peuvent-ils rendre commensurable -mesurer -l’ordre de la nature ? Selon quels modes et modalités spécifiques rendent-ils communs -et jusqu’à quel point -ces deux ordres ? Et comment entendre ces mots de nature/physis, d’art/technè, d’ordre, de commensurabilité, de jardin ? Pour répondre à ces questions, nous repartirons des anciens Grecs dont les questions et réponses sur la physis, la technè, le kosmos peuvent -encore -nous éclairer et nous aider à définir le lieu théorique -théorétique -de l’art des jardins comme micro-cosme, terme qui, si on le prend à la lettre, permet très précisément de penser « jusqu’au bout » le statut du jardin, de l’art et des arts qu’un tel lieu implique.

(...)