AMP > Publications > Le feng shui contemporain et l’enseigneme
Année : 2009
Auteur :
Chunyan, Zhang

Le feng shui contemporain et l’enseignement de l’architecture du paysage

Zhang Chunyan, « Le feng shui contemporain et l’enseignement de l’architecture du paysage. Une éthique de l’environnement », in LAFFAGE Arnauld, NUSSAUME Yann (dir.), De l’enseignement du paysage en architecture, Paris : La Villette, 2009.

Résumé

Le feng shui concerne à la fois l’environnement naturel et l’environnement social. Selon Augustin Berque, « le feng shui inscrit une morale dans le paysage, et plus particulièrement celle qui se rattache au culte des ancêtres » il est pour les Chinois une véritable éthique de l’environnement. Les approches pédagogiques diffèrent beaucoup d’un pays à l’autre et d’une école à l’autre. En Chine, Wang Shu a renversé le système traditionnel de l’enseignement de l’architecture à l’école académique de Hangzhou en donnant la priorité à l’approche environnementale (par la peinture chinoise, le jardin traditionnel, etc., c’est-à-dire une utilisation paysagère du feng shui) sur l’approche architecturale. Dès les années 1960 et 1970, en France, Bernard Lassus avait semblablement proposé l’analyse inventive pour travailler sur un site avec une approche sensible. Malgré cela, beaucoup de concepteurs contemporains diplômés des écoles d’architecture ont oublié de prendre en considération la poétique de notre écoumène, c’est-à-dire du paysage culturel, et de le préserver. La recherche sur le feng shui comme éthique de l’environnement s’inscrit dans ce cadre et est liée à l’enseigne-ment prodigué aux architectes et aux paysagistes.

Abstract

Feng shui touches on both the natural and social environments. According to Augustin Berque : “Feng shui inscribes a morality in the landscape, and more particularly the one linked to ancestor worship”. For the Chinese, it represents a genuine ethics of the environment. Pedagogical approaches differ greatly from one country to another and from one school to another. In China, Wang Shu overturned traditional architecture teaching at the academic school of Hangzhou by giving priority to the environmental approach (by Chinese painting, the traditional garden, etc., that is to say, the use of Feng shui in landscape) over the archi- tectural one. Starting in the 1960s and 1970s, in France, Bernard Lassus similarly proposed “inventive analysis” as a way of working on the site using a sensibility-based approach. In spite of this, many contemporary designers who have trained at architecture schools forget to take into consideration the poetics of our oikos —our cultural landscape— and to preserve it. Research into Feng shui as an ethics of the environment is inscribed in this framework and is linked to the teaching given to architects and landscape architects.