AMP > Recherches > Thèses > Thèse Catherine Franceschi-Zaharia, (...)
Année : 2016

Mots clés :





Avis de soutenance de thèse

Thèse Catherine Franceschi-Zaharia, ...le parti pris des mots

Catherine Franceschi-Zaharia, Du paysage et de ses quasivalents. Le parti pris des mots, thèse réalisée sous la direction de Augustin Berque, 2016.

Du paysage et de ses quasivalents. Le parti pris des mots

Catherine Franceschi-Zaharia, après avoir soutenu sa thèse le 13 décembre 2016, a obtenu le diplôme de Doctorat en Géographie de l’EHESS

Résumé :
Depuis la découverte de l’absence d’équivalent grec et latin de paysage, la question de l’invention du paysage reste ouverte. En suspendant toute définition et idée a priori du paysage, cette question est réexaminée à partir du mot et de ses équivalents en allemand, néerlandais, anglais et italien. La reconstitution de leur premiers temps et de l’établissement de leurs équivalences met en évidence une partition selon leur registre sémantique : une série « territoriale » et une série « image ».
Cette partition ne relève pas de l’étymologie, mais de l’histoire de chacun des mots. Landschaft, landschap, paese appartiennent à la série « territoriale » ; paysage, paesaggio ainsi que les équivalents anglais paisage et landskip antérieurs à landscape appartiennent à la série « image ». Les équivalences ne peuvent qu’être partielles, ce qui conduit à préférer le terme quasivalence. Néanmoins, du milieu du XVe à la fin du XVIe siècle, un lieu commun du paysage et de ses quasivalents s’affirme : celui de l’image.
C’est dans ce registre que les expressions « paysage occidental » ou « paysage européen » trouvent leur pertinence. Si Dante a donné à paese son assise et son orthographe, le rôle de la perspective en peinture est bien un préalable au glissement des mots du registre territorial vers celui de l’image. L’invention du paysage en dépend.
Une dizaine d’occurrences antérieures à la première attestation connue jusque-là (1549) place vingt ans plus tôt le terminus ante quem de l’invention du paysage. Leur analyse précise le rôle du paysage dans l’image. L’ensemble du travail ouvre la question de la participation de cette invention à l’émergence du monde moderne occidental.

Thèse réalisée sous le direction M. Augustin Berque, Directeur d’étude émérite, EHESS

Membres du jury :
M. Augustin Berque, Directeur d’étude émérite, EHESS : Directeur de thèse
M. Jean-Marc Besse, Directeur de recherche, CNRS, UMR Géographie-cités : rapporteur
M. Yann Nussaume, Professeur des écoles d’Architecture, HDR, AMP/ENSAPLV : examinateur
Mme Sylvie Salles, MA des écoles d’Architecture en « Ville et Territoires », HDR : rapporteur